Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

BREVE RENCONTRE

BREVE RENCONTRE

- "Salamalekoum toubab! Ca va bien!?! Je peux te poser une question? Je te vois souvent là, avec ta vieille voiture, ton vieux téléphone, ta dégaine, tout seul, trankil..."
Le gars affiche une bonne bouille, un sourire non commercial. N'a ni sac à marchandises, ni Ray-Ban en main.
Pas de parfums, de portable, de gris-gris, de porte-clés en cauris, de cousine, d'arachides. Il ne sent pas l’alcool, n'a pas les yeux rougis par le Yamba...
J'ai beau potasser mon encyclopédie ornithologique en 24 volumes; jamais remarqué cet oiseau quand je m'aventure à Saly!
J’acquiesce avec les formules d'usage. Je malekoumsalam, je nangadef, je waw tranquille.
Tel Didier Bourdon dans les inconnus, j'ose: -"c'est quoi la question?"
- "Ben, qu'est c'tu fais là quoi!?!..."
Compliqué d'expliquer que je vis ma vie, que je suis heureux, que je suis bien, que je capte!
Que j'aime regarder passer les zébus, caresser un mouton, parler aux chèvres, saluer mon voisin.
Faire un clin d’œil à un gosse, savourer un coucher de soleil sur la mer quand les derniers pélicans traversent l'horizon.
Acheter mes tomates chez Agnès, mon pain chez Aziz. Raccommoder mon vieux jean chez Amadou.
Écouter les moutons bêler en attendant d'être lavés sur la plage. Palabrer avec Ami pendant qu'elle nettoie ma lotte.
Fermer les yeux quand j'entends le vent bercer les feuilles du cocotier...
Mon accosteur et moi vivons sans doute plus ou moins la même vie, aux mêmes endroits sinon que les ressentis, les émotions de mon quotidien ne peuvent pas être les mêmes.
J'ai plus d'un demi siècle de Toubabie dans les pattes! Le Sénégal, c'est mon bonus! Celui que j'ai rêvé, espéré, attendu.
Le sien, sans doute, c'est d'y aller en Toubabie...
En attendant, il ne possède pas ce petit flacon d'ivresse avec lequel je me vaporise. Il ne sait que deviner, imaginer, rêver des flagrances de l'étranger, de l'ailleurs, du différent...
Trop occupé à réfléchir, divaguer, "durer" à lui répondre, l'homme me dit:
- "tu vis quoi!?! T'es heureux!?! T'es pas riche mais tu profites!?!"
- "oui Grand, c'est ça! T'as tout compris!"
- "Je te souhaite de vivre vieux chez nous. Bonne soirée mon ami!"
L'homme me donna la main et continua son chemin. Il n'avait rien à me vendre, juste du temps, à me donner.

(Aquarelle Bragon)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
lep jam. je pense souvent a cette chanson.<br /> ...Et si pour toi, là bas c'est l'paradis<br /> Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis<br /> C'est ici<br /> (Jean-Louis Aubert/ Les Plages)