Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BONJOUR Mr LE MAIRE

BONJOUR Mr LE MAIRE

Dix heures du matin. Il fait déjà très chaud. Lourd, humide.
Partie de bonne heure, la Vieille Anglaise est passée par les pistes. Pilotage automatique.
Ma Lady connait la moindre bosse, le moindre piège.
Le hameau de brousse où il faut ralentir pour saluer la famille, les enfants.
En à peine quelques pluies, les champs ont revêtu un premier manteau vert tendre. Les charrues sont au labeur. Le bétail broute avec gourmandise les jeunes pousses.
La transformation reste impressionnante, même après dix huit hivernages.
Quelle lassitude???
Mimétisme, je reverdis aussi!
J'ai rendez-vous avec Monsieur le maire!
Le Defender se gare sur l'esplanade-terrain-de-football-piste-à-charrettes. Le drapeau est hissé, le portail rouillé, l'escalier cassé, les chaises de la terrasse-salle d'attente effondrées.
- Malekoum salam, oui merci, ça va bien. Monsieur le maire aura un peu de retard, il est en retenue...
J'imagine le maire, au coin, au fond de la classe avec un bonnet d'âne sur la tête...
"Un peu de retard": ça peut durer comme on dit ici.
Soixante deux minutes plus tard, un superbe 4X4 chinois se gare devant la grille. Chauffeur-troufion au volant; Monsieur le maire descend!
- Pardonnez-moi, j'ai pris un petit peu de retard. Je vous reçois dans quelques minutes.
Aie!
Midi vingt deux. Entrez cher ami! Excusez du désordre, mon bureau est en chantier.
Je croyais, pour ma part, qu'il y avait eu un attentat, un vol avec effraction, une fouille de deux millions de dossiers éparpillés...
Monsieur le maire a trois téléphones. Entre quatre-vingts "excusez-moi", je parviens à lui expliquer ma démarche.
-Ah! Mais, il manque un cachet là! C'est embêtant ça!
Je vous passe les détails de notre conversation ubuesque pour en arriver à ce qui, aux yeux du maire, est impératif, crucial, vital, évident, incontournable:
- Alors, cher ami, combien comptez-vous nous donner pour nous motiver à délibérer favorablement à votre requête?
Étant bien au courant des pratiques locales, des tarifs officieux, de l'âge des conseillés territoriaux, du fatiguement du déplacement, de la durée des délibérations foncières, du coût du thieboudienne, de la quasi cadavérisation de la photocopieuse, des frais vestimentaires de la secrétaire, du clavier pourri sur lequel il faudra taper mon sésame mais surtout de la gourmandise véreuse et réputée du maire... j'avance le chiffre.
Son sourire en dit long sur sa satisfaction. Boucler une affaire avec un toubab qui connaît précisément sa tarification particulière est un plaisir!
- Cher ami, on se revoit la semaine prochaine! Pas de chèque n'est-ce pas!
- Évidemment Monsieur le maire!
- Appelez-moi Khadim...

(aquarelle Jeremie Bonamant)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

guitard daniel 10/07/2017 22:40

Il semble que le margouillat est arrivé là, quand j'y ai fait mon dernier voyage. (1999). J'ai trainé devant les grilles du palais du gouverneur à Dakar, la première fois en juillet 1950.

izmachine 08/07/2017 07:55

"si fueris Romae, Romano vivito more; si fueris alibi, vivito sicut ibi"
Ambroise de Milan

Deren 07/07/2017 21:40

Et vous trouvez cela drôle.....complice;