Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

INTOLERANCE

INTOLERANCE

L'autre soir, nous palabrions entre inconnus.
Le hasard d'une terrasse de bistrot fait parfois bien les choses.
Parfois pas.
Devant leur Gazelle, leur Flag, leur rosé, leur sirop d’orgeat, quatre toubabs. Devant son mojito, un local.
Ancien talibé, ancien baye fall et, présentement, époux rasta aisé d'une pictocharentaise originaire de Cognac, Omar tenait la dragée et le verbe hauts aux blancs attablés.
Le sujet du soir: la tolérance.
Comme à son habitude, le Margouillat sirotait son ballon de rouge, assis seul à la table voisine et participait de loin en loin à la conversation.
Toutes ouïes et, paradoxalement "ailleurs"...
Chacun y allait de ses énormités, de seconde de lucidité, d'instant de justesse, d'étincelles de sagesse ou de quart d'heure d'horreurs.
Religion, alcool, sexe, éducation sont souvent les quatre piliers délicats, scabreux de discutions âpres quand le vieux continent compare ses certitudes avec les autochtones africains.
La religion musulmane, prise à partie et défendue souvent aveuglément, voire "sourdément" par celui dont la foi est inébranlable, voire obtuse était, ce soir-là, en tête de banc, en réclame, bradée.
"Quand ça ne vaut rien, ça n'a pas de prix; d'ailleurs, on le paie très cher!"
Les brèves de comptoirs fusaient...
Quand Omar décida de mettre fin à la conversation, régler ses trois mojito et prendre congé, l'un des toubab lui lança cette dernière flèche:
- Tu sais Omar, finalement, "Les animaux sont moins intolérants que nous; un cochon affamé mangera du musulman".
Omar doit ignorer qui était Pierre Desproges...

(aquarelle Soizic Letendre)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

izmachine 01/09/2017 10:41

et mon couroux....coucou.
-"En ce qui me concerne, j'ai toujours été fasciné par les détenteurs de vérité qui, débarrassés du doute, peuvent se permettre de se jeter tête baissée dans tous les combats que leur dicte la tranquille assurance de leurs certitudes aveugles". P Desproge