Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S'EN ALLER

S'EN ALLER

Il était grand temps de s'évader des hommes, des sacrifices, des turpitudes.
La vieille anglaise trace la piste. La latérite est rouge sang. Les offrandes du ciel continuent à reverdir la brousse.
Le mil monte, le sorgo jaillit, le bisaap éclot. Les petites fleurs jaunes de l'arachide augurent des montagnes de cacahuètes.
Une horde de cochons traverse le goudron vers Djilas. Dieu est grand, les hommes ont, cette année encore, préféré le génocide de moutons...
A gauche toutes! Se perdre sur les tans. Observer les couleurs pour ne pas s'embourber.
Mille brun, mille vert, mille flaques. Le Def estime que l'addition est légère. My old Lady s'encanaille. Je dois avouer qu'elle et moi sommes très complices...
Le petit laveur de voiture sera content. Ma monture est ocre, ruisselante, maculée de boue. Blush sur les flancs, phares fardés, rouge calandre, bas de caisse résillés coquin. Robe et maquillage d'hivernage obligent.
Un débarbouillage drastique réparera l'élégance outrancière exigée en brousse. Les bonheurs de la saison des pluies est à ce prix.
C'est donné!
Petit crochet par Mbin Diakar. La Tabaski a donné un coup de frein aux travaux. Pas grave, pas pressé!
Ma voisine, son bébé dans le dos, sa récolte de bois sur la tête, s'en va chez sa Maman. En avant pour un co-voiturage ou sourire et plaisir paient le voyage.
Me reviennent en mémoire ces mots de Bigaro Diop: "“Quand la mémoire va chercher du bois mort, elle ramène le fagot qui lui plaît”...
Alors, j'engrange les bons souvenirs, les rencontres, les rires.
Souvent, la récolte est bonne. L'ivraie est rare sous ces latitudes...

(aquarelle Françoise Caillet)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article