Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TOUCHÉ!

TOUCHÉ!

Il est assez souvent arrivé que le Margouillat titille vos sens. Particulièrement l'odorat et la vue.
Parfois l’ouïe et le goût. Encore jamais, je crois, le toucher.
Réparons donc cet oubli inadmissible!
Parce qu'au Sénégal, le toucher est important, qu'il peut aller jusqu'au mystique.
Dans un pays ou l'homosexualité est condamnable, il n'est pas rare de voir deux hommes, deux femmes se donner la main en marchant. C'est "nio far"! On est ensemble. C'est de l'amitié, de la fraternité.
Prendre la main est important dans ce pays où les gestes ont une véritable signification. La main reste longtemps dans celle de l'autre quand on se salue. Le côté chaleureux, protecteur entre totalement dans la signification de la rencontre, de l'échange.
L'enfant porté, caressé, touché est un rite inconscient mais ho combien important dans la captation, la sensation, le don d'amour, d'appartenance, de protection. De hiérarchie aussi.
L'animisme est omniprésent dans le toucher.
Poser la paume de la main sur un tronc de baobab est un geste courant ici. On salue l'arbre, on lui demande protection, conseil, sérénité, chance.
Prendre l'eau dans ses paumes de mains jointes a plusieurs significations. Prière, offrande, purification entre-autres.
Il en est de même pour le sable, la terre.
Si l'animal est très rarement câliné, si la femme est souvent frustrée à ce niveau, les caresses sont souvent offertes à la nature, au végétal, au bois, au métal.
Sans aucune connotation malsaine, toucher la peau d'une femme, d'un enfant procure une sensation différente du toucher "toubab". Le côté soyeux, doux, chaud, souvent parfumé est étonnant, voire enivrant, émouvant.
Je me rends compte qu'il est plus compliqué de tenter d'expliquer le sens du toucher. C'est plus personnel, plus intime, plus psychologique que de regarder, sentir.
Sinon que le Sénégal est un pays particulièrement touchant...

(aquarelle Jacqueline Giran)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article