Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MODOU

MODOU

À  la sortie de Diakhanor, en roulant vers Djiffer, la Vieille Anglaise me fait un malaise.
Elle tousse trois fois, puis, plus rien!
Check-up rapide des liquides; carburant, huiles, eau; ok!
Après, il faut bien avouer que le Margouillat n'a pas fait "mécanique sup".
Bougies, carburateur, passe encore. Mais après, c'est "trop fatigant"!
C'est là que le côté magique de ce pays intervient.
Modou doit avoir seize ans, tout au plus.
Assis au pied du gros baobab, les pieds sur le goudron, Modou sourit. Se lève, ajuste sa casquette et s'en vient avec nonchalance asseoir une fesse sur le pare-chocs avant.
- Ça va!?! Tu es en panne là!
Fûté le gosse!
- Je peux?
Pas le temps acquiescer, Modou a déjà le nez dans le ventre de ma Lady.
Quand il s'agit de mécanique automobile, je n'ai jamais été méfiant ici, au Sénégal. Les rois de la débrouille, les princes du bricolage, les empereurs de la réparation, c'est eux!
Quand t'as pas d'moyens, faut d'la débrouille!"
Dix minutes plus tard, j'étais chez Véronica, le bistro VIP à l'entrée de Djiffer!
Gazelle ananas pour Modou, Flag bien fraîche pour le Margouillat.
Ne me demandez pas le diagnostic de la panne. Pour toute réponse, Modou m'a dit "c'était rien".
Il a réparé le "rien" avec un fil de fer qu'il avait en poche, un "machin" en caoutchouc qu'il trouva en contrebas du goudron.
Facture: un sucré, mille fcfa, la fierté d'avoir réparé, d'avoir un nouvel ami toubab.
Au retour, je dépose Modou à Fimela.
Cherchant une place d'apprenti, je l'accompagne chez le réparateur-mécanicien-accessoiriste-vulcanisateur-carrossier-peintre du carrefour. Un bric-à-brac inimaginable où j'avais déjà fait réparer, voici plus de deux ans, un épouvantable Suzuki qui me lâchait tous les dix kilomètres.
Bien évidemment, le patron me reconnait. La mémoire des sénégalais est fascinante!
- Tu vas bien!?! Le gosse là, tu peux le prendre? Il est bon!
- Si tu dis qu'il est bon, c'est bon! Va changer la roue de la Toyota là.
En rentrant chez moi, je me remémorais ma vie d'avant.
Celle quand j'allais au garage, chez le concessionnaire automobile.
Comptoir, attente, ordinateur, programme des rendez-vous, programme des pièces en stock, délais, prix du diagnostic, acompte, main d’œuvre,...
Celle du temps où je voyais les demandeurs d'emploi.
File, attente, bureaux, guichets, documents, certificats, entretiens, cachets, "on vous rappellera"...
Ne le dites à personne mais, on est formidablement bien ici. Même si, évidemment...

(aquarelle Dquebre)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article