Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

DE L'AUTRE CÔTÉ DU MIROIR

DE L'AUTRE CÔTÉ DU MIROIR

Baobab pleure le décès de ses feuilles qui, une à une depuis deux ou trois jours, s'en viennent reposer sur la terre sablonneuse de Mbin Diakar.
Le mot "automne" n'existe pas ici, au Sénégal. Il serait d'ailleurs malvenu sous près de quarante degrés à l'ombre...
- C'est la fin de l'hivernage, voilà!
Il ne pleut plus, l'exubérance de la nature se replie, se prépare à affronter,  stoïquement et dos courbé, plus de huit mois sans la moindre goutte d'eau.
La brousse se cuivre, se sable-grisaille peu à peu. On récolte les dernières arachides, les derniers sorgo. Piments et Bissap ont un sursis!
Ce samedi, sur le goudron entre Ndiosmone et Fimela, la chaleur semble afficher "record du monde" tant l'habitacle de la Vieille Anglaise joue les étuves à Margouillat...
Aux champs, de part et d'autre de la route, des milliers d'enfants, d'adultes, de charrettes, de chevaux offrent le spectacle typique et terrible du labeur en brousse.
Le contraste avec le passage taf taf du vieux lézard à Saly est "saisissant". Captez bien l'euphémisme...s'il vous plait.
Le Sénégal vous présente "le choc des mondes"!
Finalement, la Vieille Anglaise est un vaisseau intergalactique phénoménal! Une heure trente pour parcourir quelques années lumières.
J'en resterai là pour ce dimanche. Repos dominical d'un Lazare qui s'abstient aujourd'hui de se gratter les écailles, là où ça démange...

"Ceci n'est pas de l'autocensure, c'est du fatiguement"

(illustration Boucar Diouf)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article