Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

UN PARADIS CABOSSÉ

UN PARADIS CABOSSÉ

C'est un endroit qui ne ressemble ni à la Louisiane, ni à l'Italie...
Mais, c'est joli!
Un peu sauvage, un peu "abandonné" faute de moyens, de temps, de capacité de gestion, de courage. Quoi que...
Mais, c'est sur le rivage. Et, ça, ça n'a pas de prix!
Un campement entre Samba Dia et Djiffer, dans le mystérieux et somptueux Saloum.
Une langue de terre, de sable et de tans entre delta et océan. Un décor lunaire parfois. Ailleurs, de toute façon.
Quelques baobabs enracinés dans l'improbable. Une mangrove qui meurt et renait en fonction de l'homme, des vents, du sel et de la mer.
Des îlots piqués d'arbustes agonisants, d'herbe à chameaux brûlées par le sel et le soleil. Quelques chacals, quelques hyènes. Quelques charrettes qui slaloment entre sables mouvants et marigots aléatoires...
Des puits de sel par centaines. Si beaux, si multicolores vus du ciel. Vécu d'en bas, le labeur des femmes est d'un autre âge.
Un goudron anthracite tranche désormais cette pointe de terre en son milieu. Quelques villages s'y accrochent, coupés en deux mais heureux d'oublier cette piste somptueuse mais harassante, piégeuse qui engluait les camions de sels, les frigorifiques, les clandos.
Entre Niominkas et Lébous, entre Sérères et gens de hasard, cette fragile presqu'île cache des paysages qui se méritent, des endroits inimaginables, inaccessibles pour qui n'est ni curieux ni courageux...
Entr'un ancien palace abandonné, dévalisé, incendié, détruit et le petit paradis qu'affectionne le vieux lézard, un bateau échoué, éventré meurt de ses dentelles de rouille. Épave curieuse, ancestrale tant on n'a plus souvenir qu'elle n'ai jamais été là...
Un bout du monde où vivent mes amis. Mamadou, le gardien doux et taciturne des lieux, Anna, la cuisinière  rigolote et magique.
Et, l'océan, les vagues préférées d'Olof.
L’Éden de Palmarin, notre sud à nous.

(illustration Cigara)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article