Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

NUIT DE LÉZARD

NUIT DE LÉZARD

"La nuit je mens
Je prends des trains à travers la plaine
La nuit je mens
Effrontément..." (Alain Bashung)

Comme il n'y a ni plaine, ni train dans le Saloum... finalement, le vieux lézard ne ment pas, il veille!
Et, si c'est en veillant qu'on devient vieux veilleur bienveillant, j'en suis fort aise!
Depuis deux nuits, le réveil métabolomique du Margouillat est perturbé bien avant l'heure par les aboiements des Laobés. Sans doute quelque hyène qui rode à l'orée du village.
Alors, comme Cloclo, je me lève et je me bouscule... comme d'habitude.
Première cigarette, premier boundao café sous la paillote.
Mes yeux s'habituent lentement à distinguer la nuit à la lueur de la lune. Pas nyctalope mais, un peu vieux chat-matou-mité quand-même...
Olof se couche sur le canapé; c'est son trône d'observation. La nuit, sauf s'il traine l'un ou l'autre rongeur, il continue ses rêves de chien.
Chouettes, hiboux et chauves-souris peuvent frôler l'obscurité sans crainte de déranger mon compagnon. Dans sa tête de cabot, ce sont des oiseaux! On ne touche pas aux pioupious de "papa"...
Non loin de Mbin Diakar, un ami a un boumak manguier. Énormissime! Dortoir de centaines de "vespérales" qui, l'angélus éteint s'ébrouent et se répandent dans le village et alentours.
Le Margouillat a la chance de posséder au jardin deux baobabs et un superbe neem.
C'est ainsi qu'à la saison des fleurs et des baies, ces demoiselles gourmandes s'en viennent festoyer à la case du gorgui reptile.
Quitte à vous donner envie inutilement, je dois avouer que le spectacle est superbe!
Le ballet est grandiose, funambulesque, gracieux, voltigeur... et gastronomique pour ces pipistrelles gloutonnes.
Souvent, avant de regagner le dortoir "tête en bas", elles m'offrent un rase-tête décoiffant en traversant la paillote.
La nuit... je me régale!

(aquarelliste inconnu)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article