Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

À L'EAU LA TERRE

À L'EAU LA TERRE

Quand l'hivernage s'en vient, quand la première pluie tombe sur la terre du Sénégal, la réaction de la nature est fulgurante!
Quand les pluies s'arrêtent, cette même nature se fane tout aussi rapidement qu'elle n'a offert généreusement son exubérance.
Les herbages brunissent, les champs moissonnés se mettent en jachère, les troupeaux achèvent le reliquat du festin en sachant déjà qu'il faudra attendre huit à neuf mois avant de brouter enfin la chlorophylle nouvelle.
Les marigots s'évaporent, les nénuphars hibernent sous la craquelure, les oiseaux s'en vont ailleurs trouver l'eau rare.
Les femmes regardent le puits en se demandant s'il a assez plu pour tenir jusqu'en juin, en juillet prochain.

Malgré le fatalisme légendaire, ici, chacun commence à s’inquiéter de ces cycles fragiles, des changements climatiques, de ce Sahel, de ce sel qui avancent, qui brûlent toute végétation.
Sinon que l'homme va continuer à couper les arbres, perpétrer de nouveaux crimes envers son propre environnement, mutiler encore d'avantage la nature dont il dépend pourtant.

Chaque aube qui se lève me rend plus attentif, plus sensible, plus perplexe à l'environnement du village, de la région. Cette acuité vient sans doute du temps qu'il m'est donné d'observer tant l'homme que la nature. De constater au fil des saisons que plus rien n'est immuable désormais.

L'eau des océans et des mers recouvre soixante et onze pourcent de la surface de la Terre, contre vingt neuf pourcent pour les terres émergées. L'eau présente sur la planète représente un volume d'un milliard quatre cent millions de kilomètres cube. Seul trois pourcent de l'eau n'est pas salée et donc potentiellement potable...
Qui a dit commercialisable?

Si l'humain veut continuer à vivre, il va devoir se battre contre la montée inexorable de l'eau et, en même temps, sauvegarder, dépolluer celle qui permet la vie. Complexe!
Quant aux poissons, aux oiseaux de mer... Alhamdoulilah...inch Allah!

Vais-je aller nager avec Olof dans le delta ce matin?

(aquarelle Mary Whyte)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article