Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

C'EST PAS DIEU POSSIBLE

C'EST PAS DIEU POSSIBLE

"C'est pas dieu possible!"
René Fallet, Louis de Funès, la soupe aux choux...
Le bouquin de Charles Exbrayat, aussi.

C'est pourtant bien avant le film de Jean Girault et le bouquin d'Exbrayat que j'ai entendu - mille fois - cette exclamation de la bouche de ma Léontine d'arrière grand mère.
J'ai eu l'immense chance de longtemps la connaître lorsque j'étais enfant.
Léontine a cependant eu l'élégance de s'en aller à petits pas feutrés peu après avoir fêté ses quatre vingt dix neuf ans; évitant ainsi le "bazar" du maire et de la fanfare municipale devant la case de mes grands parents...
Je l'ai toujours connue vieille et veuve. Une petite bonne femme rieuse, pétillante, courageuse qui n'hésitait jamais à se mettre à quatre pattes sous la table pour me poursuivre dans mes jeux de gosse.
Le dimanche, après la messe, elle se permettait l'apéritif! Une demi bouteille de Gancia orange dans le coco avant le déjeuner.
Elle avait connu deux guerres; une vie laborieuse. Elle avait bien mérité de s'offrir une indignité de quelques heures par semaine! Le jour du seigneur qui plus est; l'absolution est plus facile...
Léontine m'a donné le goût des plats mijotés, des fredaines espiègles, de la tendresse et des expressions de terroir.
Toujours étonnée du monde en révolution, du progrès qui entrait dans la maison familiale. Une machine à laver, une télévision, un fer à repasser, une baignoire même!

"C'est pas dieu possible! Tout c'qu'on fait maint'nant!"

Je me souviens qu'elle s'asseyait devant le "poste" en noir et blanc pour regarder le journal télévisé. Chaque reportage - ou presque - était commenté. "C'est pas dieu possible!"
Le lendemain, sans lunettes, elle lisait la gazette du bled pour vérifier que ce qu'avait dit "le poste" était bien vrai...

- J'ai ta nostalgie ma Léontine.

Hier, Je croise Jeanne Marie. Une torop gentille voisine de piste, catholique, catégorie "grenouille de bénitier".
L'adorable  diguen me fait signe de m'arrêter.

- Tu me conduis à l'église, j'ai mal mes jambes!?!
Installée dans la Tibétaine, elle observe le tableau de bord.
- C'est quoi ce vent froid là?
- C'est la climatisation, tu veux que je la coupe?
- C'est pas dieu possible! Non! C'est bon dè!

En faisant demi tour, le vieux lézard a souri. Léontine était avec son p'tit gamin, en brousse Sine Saloumesque.

(illustration Geneviève Lehoux)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article