Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

ÉTIENNE ET CHOUCHOU

ÉTIENNE ET CHOUCHOU

"Elle était belle comme la femme d'un autre"
Paul Morand

Un peu comme l'herbe qui est toujours plus verte ailleurs et, particulièrement dans le jardin du voisin...
Le genre de proximité qui agace, parce qu'elle est sous votre nez, à votre barbe, qu'alors baver devient irrépressible.

Bien que le vieux lézard y ai trempé sa patte, l'histoire est vraie et se passe dans une résidence de Saly Portudal, la riante et plus grande station balnéaire de l'Ouest Africain.
Si vous connaissez un peu ces gais ghettos, vous pouvez imaginer les haies de troènes dont la taille permet de jeter un œil sur la villa d'à côté, tailler une bavette avec son propriétaire, tailler également en pièces les vicissitudes d'habitude... La fatou, le jardinier, le syndic, le gardien...

- Passez donc prendre l'apéro ! Midi moins le quart, l'heure du Ricard !

Étienne accepte volontiers, d'autant qu'il a repéré la compagne du nouveau locataire. Une bombe ébène !
Étienne est marié à Claudette. Depuis trop d'années, trop de crises, trop d'enfants, trop d'habitudes assassines. Ils n'ont jamais rompu.
"La résignation tue la dernière étincelle qui pouvait réembraser l'âme".

Reste la tendresse.

"La tendresse c'est un geste
Un mot, un sourire quand on oublie
Que tous les deux on a grandi
C'est quand je veux te dire je t'aime et que j'oublie
Qu'un jour ou l'autre l'amour finit" (juke-box: https://youtu.be/A2-EKAwAGRk)

- On est venu avec un "Lumière de France" bien frappé. Ma femme, Claudette.
- Fallait pas ! Chouchou, ma copine...

Chouchou minaude, Claudette observe.
Étienne bave et boit, Lionel pérore, se pavane, tripote sa gazelle.

Avec sa brioche - même dorée - ses soixante cinq balais, ses trois poils sur le crâne, Étienne ne fait pas le poids face à Lionel, la trentaine, crâne rasé, tatouages et bandana, ramage et piège à nanas. Pourtant, effrontément, avec une inconscience imbécile et grossière, il drague !  Devant Claudette, devant Lionel, derrière un invisible bouclier d'empathie désastreuse.
Chouchou trouve ça "torop chou"...

- Oh Étienne ! Étienne ! (juke-box: https://youtu.be/Ybea868xDW0)

Après deux Ricard et deux verres de rosé-piscine, Étienne est torché. Lamentablement cuit !
Le baragouinage est devenu épais, pâteux, presqu'incompréhensible, désastreux.

- On va aller voir ce que la fatou a préparé pour déjeuner; n'est-ce pas Étienne !?!
- Heu... mouais! Allez !  C'soir, apéro chez nous hein !?! Allez ! On s'fait un bisou !

C'est en tentant de se lever de sa chaise en bambou qu’Étienne se rattrapa judicieusement au décolleté affolant de Chouchou.

Ceci mérite-t-il une suite?

Dédicace anonyme, il se reconnaîtra...
Illustrateur inconnu

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article