Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

BADARA

BADARA

"Celui qui dit qu'il est arrivé, c'est qu'il n'est pas allé bien loin"
Jean Carmet

Cet éminent pochetron est en belle place dans la bibliothèque du vieux lézard.
"Enivrez-vous" clamait Baudelaire. Carmet a suivi à la lettre le poète.
Sinon que le bougre s'y connaissait en pinard. Rien que du bon !
Avoir un Papa viticulteur à Bourgueil, ça aide à connaître les belles torchades !

J'ai une tendresse particulière pour le film d'Audiard. "Comment réussir quand on est con et pleurnichard". Allez savoir pourquoi !?!

Il y a bien longtemps, Lazare croise par hasard, un soir à Dakar, un grand escogriffe un peu malabar. Un peu "escroc-griffe" aussi... Mais, pas con !
Pleurnichard oui ! Dans la mesure où il me supplie de ne pas appeler les pandores après qu'il ait tenté de me dérober mon sac en bandoulière. Deux antiquaires le ceinturent, l'empêchent de prendre ses jambes à son cou.

- Pitié, pitié, j'ai une femme, des enfants, ma mère est malade grave quoi !

Dans ma très grande magnanimité, je baisse le menton, signe à mes artisans Soumbédiounais de relâcher leur étreinte. Il s'en iront dépités, l'un en crachant à terre, l'autre en décochant une droite magistrale à mon voleur.
Nouvelles pleurnicheries de l'Arsène Lupin local.

- T'as vu ce qu'il m' a fait ! J'ai la mâchoire cassée, là, c'est sûr quoi ! Aide-moi ! Faut que j'aille chez le réparateur là !

Lazare est un drôle de mec; je ne sais pas si vous avez déjà remarqué la particularité du bonhomme ?
Donc, au lieu de lui mettre mon pied au derrière, je lui offre un verre.

- Tu fais ça toi? Je peux prendre un 102 ? Je suis Musulman mais, de gauche!  Et, avec la droite que le mec m'a mis, ça me replacera la figure rek.
- Va pour un double pastaga ! Tu pourras me raconter tes malheurs... mais, rien que la vérité dèh !

C'est ainsi que j'ai fait la connaissance de Badara.
Célibataire, orphelin de père et de mère... vivant de petits trafics, de larcins à la tire et de pitié touristique.

Dernièrement, je reçois un appel whatsapp. Étrangement, nous sommes resté en contact annuel. Le fameux "Dewenati mon frère - bonne année Badara!" assorti de "j'espère que tout va bien, que dieu te garde"...

Monsieur Badara Sow, directeur de l'agence Machin à Grand Yoff se souvenant que j'étais dans "la communication" me sollicitait pour un conseil marketing et la supervision de sa campagne publicitaire...

Le pleurnichard est arrivé et, il ira loin !
Me refusant de savoir comment... je suis simplement content !

illustration Otis Kwame Kye Quaicoe

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article