Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

PAIE-MOI UN MOUTON

PAIE-MOI UN MOUTON

Lazare ne peut s'empêcher d'aller poser, parfois, un oeil curieux, amusé, outré, estomaqué, goguenard, scandalisé, effaré ou fatigué...sur certains forums de supports de presse en ligne, certaines pages... dont celle tenue par un vieux lézard et sa longue vue.
Certains commentaires valent leur pesant d'arachide.
C'est là que, bien souvent, je me fais la réflexion que je vis dans un autre monde que la plupart des toubabs ancrés ici et, bien plus évidemment, que ceux qui y passent quelques temps en vacances, en résidence.
Un simple exemple.
Je lis qu'il faut impérativement se cacher, se planquer, se rendre invisible, voire insolvable quand arrive la Tabaski. C'est la chasse au mouton, donc, au toubab pour aider à capturer l'animal. Ou, tout du moins à contribuer à son achat.
Les antiquaires, les gazelles, les saï-saï, mais aussi près de huit cent mille sénégalais ont l'impératif besoin d'acquérir un bélier pour la fête du sacrifice. Cette quête effrénée réclame arnaques, dragues, embrouilles, mille tours dans le grand sac à débrouille ainsi que pitié, prière, humilité, mendicité.
Du moins en zones touristiques, principalement. Là où il y a du toubab qui, c'est bien connu, découvre miraculeusement tous les matins, des liasses de xaalis sous son oreiller.

Parenthèse: un copain de Mbour, voici quelques années, au tout début de l'implantation des distributeurs bancaires au Sénégal, me faisait la réflexion suivante, ne sachant trop lui-même si c'était joke ou naïveté: "Vous avez quand-même la chance, vous les blancs ! Vous tapez quatre chiffres et vous gagnez tout le temps !"

Ici, au village, c'est le contraire ! Jamais personne ne viendra demander la moindre aide financière et, à contrario, il faudra trouver toutes les excuses du monde pour décliner une invitation au festin d'Abraham tant chaque concession - ou presque - ouvre la barrière, le portail et les bras; heureuse et fière d'accueillir l'ami, le voisin, le copain.

illustration Hervé M. Sevat

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article