Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

TÊTE DE NOEUD GORDIEN

TÊTE DE NOEUD GORDIEN

Elle est tellement juste cette expression ! "ronger son frein".

Le mors mâchouillé avec hargne et impatience, trépignance et rage... Quelle belle métaphore !

- Laissez-nous revenir au Sénégal !
- Ouvrez les frontières !
- Il faut sauver le tourisme, libérez le pays de la Téranga !

J'avoue que, si j'étais bloqué en Toubabie, j'aurais les crocs ! Faim de Saloum. Une dent contre la réciprocité décrétée par l'État du Sénégal. Et pourtant...

Le sujet est délicat. D'un côté, le frileux, indécis, divisé, surréaliste, calculateur et Covidimmergé "Espace Schengen", de l'autre, un pays de soleil, de vacances, de besoins associatifs qui se protège avec une gestion efficace de la pandémie, avec les moyens qui sont les siens, avec l'inextricable choix entre sauver son économie touristique et transversale ou risquer de plonger seize millions de sénégalais dans une infection qu'on n'a pas, ici, les moyens de gérer si elle explose à cause des fameux "cas importés".

La situation semble grotesque, Ubuesque. L'État endetté, déjà pénalisé par la crise mondiale et sanitaire, dépense des centaines de milliards pour garder l'outil et l'emploi, pour réensabler les plages de Saly, rénover, assainir les lieux touristiques partout dans le pays, former les acteurs à un accueil professionnel, aux normes internationales, investir dans sa flotte aérienne... et, interdit aux clients de débarquer à l'aéroport international Blaise Diagne.

Le toubab est égoïste; il ne pense qu'à ses vacances, son séjour, son hôtel, sa villa, sa location, son assoc, ses amis d'ici.
Le guide, le réceptif, l'antiquaire, la serveuse, le couturier, la vendeuse d'arachide ne rêvent que de retrouver de quoi subsister, faire vivre la famille.
Si l'on en croit les chiffres, d'un côté, un million deux cent mille passagers en attente. De l'autre, six cent mille sénégalais - plus des structures étrangères - qui dépendent du tourisme. Ces chiffres paraissent tellement dérisoires.

Oui, en effet, le sujet est délicat. Ne pas l'aborder alors que, chaque jour, il alimente les conversations jusqu'à l'outrance eut été "tête-autruchienne-ensablée"
J'y retourne.

illustration Annie B.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article