Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

ÉCHOUÉ

ÉCHOUÉ

En 1974, un encore jeune lézard frétillant passe en boucle sur son Tépaz, durant des mois et des mois, un 30 centimètres que je considère comme l'un des plus "importants" à mes oreilles d'alors.
Aucune chanson n'est à jeter. Puis, il y a celle-ci.

"Un soir je partirai
Et je vous laisserai
Avec vos problèmes de santé
Et puis le loyer à payer
La voiture qu'il faut réviser
Et la télévision cassée

Donc un soir je partirai
Et je vous laisserai tous
Avec la femme qui a trompé
Le mari qui n'a pas dessoûlé
Avec toutes vos histoires de lit
Vos lamentables coucheries

Un soir je partirai
Et sans regret je vous laisserai.
Un soir je partirai
Et je vous laisserai
Je ne reverrai plus tous ceux
Qui se prennent pour des quarts de dieu
Et enfin ces boîtes de nuit
Où chacun boit dans le génie

Donc un soir je partirai
Au matin j'arriverai
Au pays des malheureux d'amour
Ceux dont le cœur est devenu sourd
Qui ne savent même plus pleurer
Qui ne veulent que s'allonger
Pour mieux se refermer et sourire
Seuls, tout seuls, enfin calmés.

Un soir je partirai
Et je vous laisserai..."

Claude Michel SCHÖNBERG

Juke-box: https://youtu.be/rGeEbnxid-M

Puis, de soir en soir, Lazare a lâchement reculé l'échéance.
Pour, finalement trouver un chemin, une piste de traverse. Ici !
Je suis parti, je vous ai laissé.

illustration Cigara

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article