Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

TAIS-TOI REPTILE !

TAIS-TOI REPTILE !

"27 ans après de génocide rwandais, 31 ans après l'explosion de l'URSS, 43 ans après la révolution culturelle en Chine, 46 ans après la guerre au Vietnam, 68 ans après la guerre de Corée, 76 ans après la défaite allemande...
Cinq exemples significatifs de réussites, de transformations radicales, de puissances créatives, de prise en charge de peuples pourtant tant cassés, de pays détruits."

"61 ans après l'indépendance du Sénégal... Tu as vu où en est mon pays !?! "

Le vieux lézard n'est pas du tout amateur de ce genre de conversation.
J'ai voulu venir vivre dans ce pays; je découvre chaque jour le plaisir d'ajouter vingt quatre heures à mon bonheur.
Sinon que je ne suis ni aveugle ni candide ! Et, je ne suis au Sénégal que depuis vingt deux ans...
Quelques progrès dérisoires, "matuvus"; des infrastructures cassées, mal foutues, mal entretenues... Des priorités douteuses, des dirigeants incapables et sans scrupules. Un peuple qui gonfle et vit tellement en dessous du seuil de dignité, du confort minimum décent...
Tant à dire !

L'Afrique est le continent le plus riche de la planète tant dans son sol que dans son sous-sol.
Elle s'est abandonnée, laissée exploiter sans former des ingénieurs, des entrepreneurs, des travailleurs qualifiés, des inventeurs, des chercheurs, des chefs d'entreprises intègres et indépendants.
L'aide internationale est laide !

La solidarité africaine est un leurre honteux ! Une carte de visite écornée, effacée, poisseuse !

Je ne suis pas d'ici mais j'ai mal à l'Afrique, à mon Sénégal. Même si je souffre en silence, en non ingérence, en non associatif. en imbécile inutile.

Je n'aurais pas dû écrire ce papier. Seule la conversation avec une personne hors du commun m'a "dicté" cette margouillade déplacée.
Demain, je m'abstiens.

illustrateur Romain Rakotoarimanana

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article