Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

CONTE BAMBARA

CONTE BAMBARA
Voici quelque temps - qui a si peu d'importance ici - Lazare vous proposait l'un ou l'autre conte africain. Écrit de sa main ou gratté, ressuscité du grand coffre des légendes de ce continent ou quasi rien n'est couché sur le papier.
L'oralité demeure encore une grande richesse; fragile, hélas en ces temps digitalisés ou Tik Tok semble remplacer les veillées sous le manguier.

L'un de ces contes m'a offert le cadeau d'Étienne, une légende sortie de son chapeau Bambara, déposée dans la messagerie du vieux reptile.

Il était une fois... Un roi.
Son petit royaume, adossé aux contreforts du Fouta Djalon, semblait tranquille et prospère jusqu'à ce qu'un vilain matou, un mistigri gris ne vienne "foutre le bazar" au palais en banco du monarque Ngolo.

Sa Majesté disposait d'une grande cour. Ne vous méprenez pas, une grande basse-cour !
Coqs, poules, poussins, dindes, perdrix, pintades, canards, oies, cailles, pigeons... même quelques autruches !
Le seigneur aimait avoir bonne chair à sa table...
Un soir, alors que Mina et Daba s'activent en cuisine, s'en vient un joli margouillat curieux de humer le repas.
Jakuma, le félidé, dort sur la toile de jute d'un sac d'oignons rouges.
Au cri de Daba découvrant le reptile en train de pomper stupidement sur le mur, le chat s'éveille en sursaut.

- Toi, lézard, ça va être ta fête !

Bousculant tout sur son passage, Jakuma se met à poursuivre Tèrejugu.
Le saurien crie "au secours" ! Aidez-moi ! À moi la basse-cour ! Sortez-moi des griffes de ce minet !"
Aucun emplumé ne vient. "Il n'est pas de notre race"...

Dans son affolement, le margouillat tombe dans la marmite d'huile bouillante posée sur la braise du brasero.
La casserole tombe et met le feu à la cuisine.

À l'étage, la reine mère se repose.
Les flammes lèchent le bois, la fumée se répand. Le chat, Daba et Mina parviennent à sortir du brasier... Pas la maman du roi.

Aux funérailles, l'orphelin couronné fit abattre tous les animaux du palais.

"Aide ton frère. Même s'il n'est pas de ta famille. Sois solidaire."

En épitaphe, Lazare se permet cette citation de George Bernard Shaw
"L'homme est le seul animal qui rougisse. C'est d'ailleurs le seul animal qui ait à rougir de quelque chose".

illustration Endre Penovac
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article