Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

REST IN PEACER

REST IN PEACER

"Pourquoi je vis, pourquoi je meurs
Pourquoi je ris, pourquoi je pleure"

Le taux de mortalité au Sénégal est descendu à moins de six décès par mille habitants. Il était de vingt six en 1960...
Sinon qu'à part les suicidés, les décapités, les trucidés, les émasculés, les éventrés, les découpés en rondelles, les broyés de la route, les noyés, les cadavérés par crime ou sacrifice humain... et les morts officiels dus à la pandémie, on ignore quasi toujours les raisons réelles de décès dans ce pays ou on ne se pose pas de question quand Allah décide de rappeler à lui l'une ou l'autre de ses ouailles.

Le corps médical, en général, étant ce qu'il est dans son ignorance, son indifférence, son sous-équipement et sa cupidité, on se contente du mot "fatalité" et de larmes.
Quand un pharmacien prescrit du Dolipran pour un AVC...

Par les temps covidiens actuels, les cimetières débordent, ferment par saturation. Fort heureusement, quatre vingt quinze pourcent de la population est musulmane. Imaginez la carence en bois de cercueils dans un pays où l'on massacre et vole quarante cinq mille hectares de forêt par an...

Anecdote: Un copain du coin, éleveur de moutons et de chèvres, avec qui je conversais des "avancées" en matière de funérailles dans le monde, et à qui j'apprenais qu'il existait désormais des cercueils en carton, s'offusqua  de l'information. "Hey non dèh ! Le carton, c'est pour mes bêtes !


“Les larmes empêchent de voir, le deuil plus encore”
Jean Marie Poupart

illustration René Leverd

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article