Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Lorgnette du Margouillat

UN NUAGE PASSE

UN NUAGE PASSE

"Un jour, je t'aimerai moins
Jusqu'au jour où je ne t'aimerai plus
Un jour, je sourirai moins
Jusqu'au jour où je ne sourirai plus
Un jour, je parlerai moins
Jusqu'au jour où je ne parlerai plus
Un jour, je courirai moins
Jusqu'au jour où je ne courirai plus"
Gaetan Roussel/Alain Bashung/Résidents de la république

Résident dérisoire d'une république post coloniale bananière, ploutocratique, mystique et incivique, Lazare s'installe insidieusement dans une expectative profonde dont l'horizon semble lointain et obscur...

(Relisez-moi celle-là ! Ce n'est pas tous les jours que je me fendrai d'un pareille phrase !)

En vingt trois ans, le lézard s'est tissé un fameux panier de crabes. La jute semble infinie, sans fond !
Plus j'en ramasse, plus il y en a ! C'est comme les cons; ça se reproduit à une vitesse vertigineuse et, bien évidemment, on constate une aggravation, une dégénérescence de l'espèce...

Sur le clavier des violonistes, il y a autant de noires que de blanches.
"Pas un pour rattraper l'autre !"

L'abominable croise l'adorable. l'innommable heurte le beau, le méchant masque le gentil, l'insécurité fait de l'ombre à la sérénité. Le paradoxal est permanent dans ce pays légendé "Téranga".

Il est des états d'âme qui ne devraient pas exister ! Sinon que le Sénégal est ma terre de bonheur, que la terre tourne mal. De mal en pis.
Il faudra bien que j'y revienne; que je ferme les yeux.

illustration El Hadj MBOUP

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :